Prendre rendez-vous en ligne




PROSTATECTOMIE RADICALE


Les biopsies de la prostate ont mis en évidence une tumeur maligne. Le choix du traitement chirurgical dépend de l'âge, de l'état général et des caractéristiques du cancer.

La prostatectomie radicale a pour but d'enlever toute la prostate et les vésicules séminales en préservant au mieux le sphincter urinaire (continence) et les nerfs érectiles (fonction sexuelle).
La plupart du temps elle est faite sous cœlioscopie (elle peut être faite aussi par voie ouverte grâce à une incision abdominale ou par chirurgie robot-assistée). L'ablation de la prostate et des vésicules séminales peut être associée à un curage ganglionnaire (ablation de quelques ganglions autour de la prostate qui seront analysés). Il est fait alors une suture entre la vessie et l'urètre utilisant des fils qui se résorberont seuls. Une sonde urinaire est laissée en place pour favoriser la cicatrisation pendant une semaine.


Schema prostatectomie radicale

A l'ablation de la sonde vésicale une incontinence urinaire à l'effort est habituelle le plus souvent rapidement résolutive en 2 à 3 mois. Une rééducation chez un kinésithérapeute spécialisé peut être nécessaire.
La prostate est analysée dans sa totalité et le résultat permet d'avoir une starification exacte du cancer et de prévoir au mieux la surveillance et un éventuel traitement complémentaire.

Schema prostatectomie radicale

La prostatectomie radicale entraine des séquelles :

- L'incontinence urinaire allant de quelques gouttes aux gros efforts (moins de 10% des cas) à l'incontinence permanente et totale (moins de 1% des cas). La continence va s'améliorer au cours de la première année après la chirurgie. En cas d'incontinence invalidante et permanente après 1 an des solutions chirurgicales sont possibles : bandelette sous urétrale ou sphincter artificiel ( cf rubrique incontinence urinaire).

- Les séquelles sexuelles avec troubles de l'érection et absence définitive d'éjaculation. Après l'intervention les érections disparaissent ; si techniquement les nerfs de l'érection ont pu être préservés des érections spontanées peuvent réapparaitre spontanément dans 50 à 70 % des cas dans les 2 ans suivant la chirurgie. En cas de persistance des troubles des traitements médicaux peuvent être proposés : traitement par voie orale type cialis®, viagra® ou lévitra® ou des injections intra-caverneuses dans la verge permettant d'obtenir une érection. Dans tous les cas l'éjaculation disparaît mais l'orgasme persiste.

- Un rétrécissement de la suture entre la vessie et l'urètre peut apparaître dans 5% des cas entrainant une faiblesse du jet et parfois un blocage. Cela nécessite alors une intervention par les voies naturelles pour élargir le rétrécissement.

Pour plus de détails techniques sur la prostatectomie radicale cf rubrique chirurgie coelioscopique et robot-assistée.